...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

27 mars 2005

Pluie

La pluie m'a rappelé son odeur,elle m'a suivi comme la rumeur,les pieds salis, tel un maraudeur,de retour d'Italie avec ses senteurs.L'éclaircie m'a laissé songeur,cette utopie du bonheur.J'ai aimé cette amie, ma douleur,maintenant me voici, en pleurs...
Posté par modimo à 22:45 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

26 mars 2005

Détail

J'ajuste mes mots, à ta taille,comme un roseau, vaille que vaille,un copeau échoué sur la rocaille,mes défauts, tes représailles,des coquelicots dans nos semailles.Mes rivaux ne sont pas de taille,ces signaux n'étaient que feu de paille.Ton couteau, mes entrailles,sur ma peau, nos épousailles,la fin de mes maux, un détail.
Posté par modimo à 19:55 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
25 mars 2005

Abandon

  S'il faut que je m'abandonne,alors, oui, pourquoi pas ?Ces flêches que tu empoisonnes,tu peux ranger ton carquois.Assez de ces amours qu'on baîllonne,c'est maintenant qu'on foudroie.Je fauche et tu moissonnes,cette herbe au bout de tes doigts.S'il faut que je te pardonne,j'irai jusqu'au nirvana,voir en toi venir ma lionne,et devenir cette proie.Tous ces messages que tu griffonnes,tous ces mots à claire-voie,j'aimerai tant que tu mentionnes,que tu m'aimes, jusqu'au trépas.
Posté par modimo à 19:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 mars 2005

Trêve

Toi, qui n'étais qu'un rêve,là au milieu de ma turbulence,j'ai aimé ta nonchalance,cette croix que tu m'enléves,c'est la fin de ma pénitence.Ces arbres dont je goûte la sévemettent fin à ma résistance.Tu es venue écouter mes confidenceset prendre soin de mon innocence,peut être enfin faire une trêve.
Posté par modimo à 23:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
23 mars 2005

Terres oubliées

  Je viens de ces terres oubliées,je te parle dans une langue étrangére,j'ai traversé des déserts sans voir de prisonniére,je voyage vers ces villes désabusées.J'ai souvent pris ma peine en bandoulièrepour aller éteindre le feu sous tes paupiéres.Toutes ces causes que je n'ai pas épousées.Je t'ai approché ma belle guerrière,à distance pour ne pas te déplaire,J'en ai révé de cette peau veloutée.En bordure des chemins de bruyèrescueillir ton coeur en cet fin d'hiver,j'irai demain participer à ton échappée.
Posté par modimo à 20:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 mars 2005

Merveilles

J'en ai vu des merveilles,par monts et par vaux,des mots chuchotés à mon oreillerésonnaient encore en échos.J'en ai vu des merveilles,le corps au bord des mots,toutes ces nuits sans sommeil,finir le coeur en lambeau.J'en ai vu des merveilles,tous ces fruits sans noyaux,du raisin à la treille,saoulé  par les flots.J'en ai vu des merveilles,voyager incognito,et enfin sans nulle pareille,une âme, mon eldorado.
Posté par modimo à 21:46 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

21 mars 2005

Ecole de la Chair

Ce n'est pas pour me déplaire,cette envie passagére,retourner à l'école de la chairet travailler à découvert.Je te retrouve habile méssageremettant mon corps aux enchéres.Redémarrer cette abécédaire,redécouvrir cette hémisphére,cueillir en cette clairiére,une rosée si familiére.Aller au delà de la frontiére,faire de toi, une contrebandiére.je reviens à tes cours élémentairesje ne saurai m'y soustraire,tu me laisses sans vocabulaire.
Posté par modimo à 20:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 mars 2005

Sombre

Lâcher la proie pour l'ombre,notre rencontre, une embellie,mes humeurs que je répudie,enfin sortir des décombres.Tous ces amours que tu dénombresne sont qu'hémorragie,des fins de mélancolie,tous ces fantômes qui m'encombrent.J'ai toujours préféré la pénombremême si ma vie s'est assagie.Comme sorti d'une léthargie,redécouvrir les jours sombres.Ils sont venus en surnombre,je t'avais cueilli un bouquet d'ancolie,toutes mes absences impunies,lâcher la proie pour l'ombre.
Posté par modimo à 21:21 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 mars 2005

Mue

Entre nous soit ditnotre amour a fait sa mue,cette passion défendue,tous ces aprés-midi.Le lien s'est refroidi,cette quête éperdue,c'était peine perdue,la fin du goût de l'inédit.Voici venir l'hallali,ma cour n'est plus assidue,cette fin inattendue,nous sommes devenus amis.
Posté par modimo à 17:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 mars 2005

Venin

Un mal pour un bien, tu m'inocules ton venin. Cette spirale que tu dépeins, elle me stimule en vain. Immoral riverain, je bascule incertain, virginal, clandestin, une virgule à mon destin. Impartial, je suis témoin du crépuscule des assassins. Je formule mon refrain et capitule sous le satin. En vassal de ton bassin, j'ondule au creux de tes reins, sans scrupules , aucun, tu m'inocules ton venin.
Posté par modimo à 18:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

 

sign

...