...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

12 décembre 2006

L'impromptu...

Il a une bague à chaque doigtenfin presque, juste neuf, c'est tout,la place nécessaire ou pas,pour l'espoir, c'est déjà beaucoup. L'impromptu,comme un frère manquédont je ne veux plus... Il porte une chemise noire de suierien ne le distingue parmi les fousles ténèbres ont eu raison de lui,à force de vouloir jouer sans atout. L'impromptucomme un frère manquédont je ne veux plus... Il ne parle déjà plus ou si peului qui voulait faire un monde à ses motstoute cette énergie jetée au... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 décembre 2006

L'enfance...

L'enfance, c'est une boite à rimesqui s'ouvre avec le vent,des voyelles en passantqui n'ont pas encore le goût du crime. L'enfance, c'est se glisser dans ce monde,voyager, pressé de la prochaine gare,les yeux plus grands que les mouchoirs,se jeter sans attendre dans la ronde. L'enfance, c'est un sac encore videoù l'on entasse des rêves,tant qu'on peut, on le soulèvedes heures durant, à jouer les caïds. L'enfance, c'est un chant... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:44 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 novembre 2006

Son nom est Georges...

Le blanc, le noir, peut-on espérer en faire une couleur ?Les gens, l'espoir, pourquoi se mêler d'avoir des rancoeurs ?Le temps, les gares, ces envies de belles d'automne trompeur,l'enfant, trop tard, ne s'échappe jamais de ces peurs. Son nom est Georges... Les gants, à part, peut-on penser toucher la joie du baigneur ?L'amant d'un soir, pourquoi vouloir faire durer cette douleur ?L'élan, si rare, ne plus vouloir tendre à se briser... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 octobre 2006

Intime procession...

Sous les pas des femmes, le sol en fusion,quelques lueurs blanches se dispersent,petites lueurs au bord des nations,un peu plus qu'une illusion que l'on berce.C'est comme une intime procession,en tête, une douce révolution.Sous le couvert de leurs rêves, le pardon,voici venu le temps de la relève,le chemin reconnaît le prix de leur affront,elles se sauvent, s'offrent une trêve. C'est comme une intime procession,en tête, une douce révolution. Sous ce ciel de nuages... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
15 octobre 2006

Adèle...

Adèle se moque bien des anges,de leurs ailes un peu fripées,elle adore quand le ciel et la terre se mélangent,ces matins pris sous la nuée. Adèle se fend d'un sourire étrangeà l'adresse des passants à la volée,elle sort les bras devant et sans rechange,ces brumes la laissent désarmée. Adèle se lance sans donner le change,simule un peu la folie partagée,elle grime nos histoires de mots étranges,ces aubes reviennent sous la cognée. Adèle se lie après bien des échangesà des hommes aux âmes... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
14 octobre 2006

Rapace...

L'air qui me porte est plus que du vent,un sauf-conduit à la prison des amants,une manière de planer bien au delà,à tire d'aile, je file vers celle qui me tuera. Rapace, j'ai longtemps vu mon ombre comme une menace,rapace,j'aime ces vols solitaires que rien ne remplace. Le ciel  peut bien attendre que passe les imprudents,à chaque volée de bois mort, on relève les rampants,un étrange courant m'entraîne dans ce combat,pour être enfin celui qui ne se posera pas. ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

13 septembre 2006

Défilés ordinaires...

Défilés ordinaires de mots volés,grands échalas d'hommes infinis,un peu fatigués, tous attablés,ils sont l'essence des rêves appris. Défilés ordinaires de trains ratés,de lettres dévoyées sous la pluie,un peu à quai, tous ravalés,ils sont la conscience des établis. Défilés ordinaires de dos voûtés,arabesques de nos anatomies,un peu lassées, tous réformés,ils sont le miroir des ironies. Défilés ordinaires de bancs vidés,passants pressés déjà partis,un peu... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
31 août 2006

Clandestine...

Elle navigue entre deux eaux,se laisse entrainer dans le courant,le soir, nue dans les coursives,à aborder des navires en passant,frêles esquifs, frégates actives,elle longe toutes ces peaux. Clandestine... Elle s'abandonne dans les embruns,leurs souffles, la porte aux voyages,en fermant les yeux sous le désir,ces marins de vagabondagessont le sel de l'envie à saisir,elle le laisse couler le long de ses reins. Clandestine... Elle s'arrime à des... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 août 2006

Oublier Palerme...

Oublier Palerme,le bruit de tes pas dans les ruelles,assis sur le perron,et ton goût pour les ombrelles. Oublier Palerme,toutes ces ombres infidéles,me perdre à tatons,t'apercevoir sous une tonnelle. Oublier Palerme,ce coin de rideau qui se soulève,à la fenêtre de la pension,aller jusqu'au bout de ce rêve. Oublier Palerme,le son des cloches qui pardonnent,ce mot qui ne fait plus liaison,comme un chant d'été à la Madonne. Oublier Palerme,mais pas ton nom... ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 16:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
08 juillet 2006

Par ici...

Il ne passe plus personne par ici... J'ai rempli des bidons d'essence pour des Chevrolet,ramassé quelques chiens errants sur les bas cotés.J'ai vidé des gamelles dans la lueur des néons,séché quelques pleurs aux revers de leurs vestons. Il ne passe plus personne par ici... J'ai crevé les roues de ces cars en visite, étrangers,embrassé des robes tombées des bagages envolés.J'ai sifflé des filles à la peau blanche, jolis chaperons,aimé croire en ces mensonges qui portait ton nom. Il ne passe... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:32 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

 

sign

...