...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

15 décembre 2005

Mon arbre à manques...

Mon arbre à manques grandit tellement,chaque jour sans toi, une branche de plus,il s'étale, prend toute la place dedans,l'attente m'a pris au dépourvu.Mon arbre à manques, témoin gênantde mes mots inutiles, superflus,il me fait de l'ombre ce géant,mon automne, comme un imprévu.Mon arbre à manques, amour fragment,les bribes se rejoignent, la nuit venue,il reste toujours le morceau absent,ce vide, comme un gouffre combattu.Mon arbre à manques, piége aux amants,il se referme et le coeur suspendu,je ramasse les brindilles au vent,pour en... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

13 décembre 2005

Je ne suis pas là pour être aimé ...

Toutes mes affaires tiennent dans un sac,le meilleur de moi est bien ailleurs,chanter sous la pluie, sauter dans les flaques,je perds mon temps avec ferveur. Je ne suis pas là pour être aimé... La vie, les fleurs, je n'ai pas su trouver la cléj'ai déjà donné mais je donne encore,cascadeur peureux sans me protéger,mes jours perdus partent dans le décor. Je ne suis pas là pour être aimé... J'ai glissé ce mot volé sous ta portepour que tu te souviennes de moi, mais pas trop, j'ai toujours su faire en sorteque... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:38 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
08 décembre 2005

Il y avait un arbre ...

Il y avait un arbre et un monde à découvrir,un rideau rouge et or qui se déchire,Adèle m'est apparue sur un cheval,la reine des aurores boréales.Pour le commun des immortels,elle est venue l'infidèle,prendre mon âme à ravir l'ombre,et mes mots sortis des décombres.Prophète en mon pays désenchantéelle allume quelques feux à souffler,prends le temps que j'ai perduà courir dans la vie à moitié nu.Elle trace une entaille à l'intérieur,le mal est en moi sans la douleur,elle cavale sans la fatigueportant dans sa... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:17 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
28 novembre 2005

Enfant loup ...

Enfant loup, j'ai longtemps cherché sa trace dans mon sang,je sais pourtant d'où me vient cette peur des passants.Enfant loup, j'ai grandi dans une forêt d'arbres aux bois morts,je traîne encore une possibilité, celle des remords.Enfant loup, j'ai parlé aux animaux sans les comprendre,je pense toujours à toutes ces années à l'attendre.Enfant loup, j'ai creusé tant de trous pour cacher mon ennui,je connais cette terre qui habille mieux que certains habits.Enfant loup, j'ai hurlé des mots devant des palais en ruines,je... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:35 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
15 novembre 2005

Pluie de sel ...

Le corps pétrifié sous cette pluie de sel,j'avais oublié ce mouvement perpétuel,un goutte à goutte alimente ma vie d'artificiel,de toutes ces couleurs passées, ne garder que l'essentiel.Je porte le demi-deuil de la vie,si le noir n'est plus une couleur d'envie,le blanc me laisse le froid des pâles humeurs,définitivement le gris m'ennuage le coeur.Les yeux rongés à te regarder en vain,je traîne dans cette vie comme un chien,ces mots qui tu délaisses pour rien,cette nuit serait alors sans fin.Le corps pétrifié sous cette... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:10 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 novembre 2005

Pour rien ...

Pour rien,déposer des fleurs au creux de bras avides,se pencher vers toi, sans peur du vide.pour rien...Laisser le temps vous atteindre de plein fouet,rendre à l'enfant ce qu'on nous a volé.pour rien...Chanter des airs inconnus à ton oreille,t'offrir des jardins au pays des merveilles,pour rien...Donner une chance aux mots oubliés,ouvrir cette porte et s'effacer,pour rien...Puiser dans sa rumeur, une ode,attiser ta lueur, sans méthode,pour rien...Libérer les anciennes rancunes,abandonner toute sa fortune,pour... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:05 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

26 octobre 2005

Petite mortelle ...

Seule à venir me voir, dans ce dédale,chaque jour tu étais ma rose première,tes pieds de porcelaine entre les pierres,tes absences m'étaient alors fatales.Petite mortelle, tu venais à moim'apporter la lumière et cet aria.Tu te faufilais étoile légèredessus mon coeur inhabité,traçant de tes mots solaireston nom, à jamais gravé.Petite mortelle, tu venais à moim'apporter la lumière et cet aria.Ta silhouette habite encore ma mémoire,moi qui avais laissé tombé mes ailes,je veille désormais sur ton histoiremerveilleuse, attrapeuse d'arc en... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 octobre 2005

Arrêt image

Vingt quatre images par seconde,je vois défiler ma vie,à chaque heure l'enfer monde,de mes jours de parodie.Toi qui aimais mes histoirestu me quittes avant la fin,je suis trop resté dans ce couloirà ouvrir des portes sur rien.De Truffaut "la nuit américaine",les films avancent comme des trainsdans la nuit, sans ma vie incertaine,quand tu éloignes ta main.Vingt quatre images par seconde,et puis bientôt plus rien,quand le temps se fait immonde,et que le projecteur s'éteint...
Posté par modimo à 19:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 septembre 2005

Hors la vie...

Hors la vie, bandit de grand chemin,j'attrape aussi, tous les chagrins,ce piége à souffle où tu me tiens,au bord du gouffre, sous les embruns.Hors la vie, ma maison au romarin,tendre envie où j'écris enfin, toutes nos chapelles à éclairersemblent prêtes à s'oublier.Hors la vie, la grande embellie,j'initie la plus belle des barbaries,cette tentation que rien ne devinecette louve au coeur d'aubépine.Hors la vie, petit meurtre sans souci,et ici, je lutte pour la parodie,ce bateau maudit, sur le flanc,il sombre, je... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 septembre 2005

La saison préférée...

La saison préférée des fées,celle où le sol bruisse sous le vent,et l'on entend à la nuit tombée,au loin résonner le rire des enfants.Ce froid qui ne dit pas son nom,au matin, la rosée ne pourra s'échapper,aux fils de ces herbes à pardon,le levant vient de ces ombres à sécher.Plumes arrachées à l'humeur du temps,derniers sanglots de l'hermine chassée,comme un odeur de terre mouillée,j'aime aussi cet ineffable moment.La migration peut alors commencer,la pluie vient à nous, coeurs asséchés,tous ces coups d'ailes à tirer,et si ailleurs... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

 

sign

...