...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

23 mars 2005

Terres oubliées

  Je viens de ces terres oubliées,je te parle dans une langue étrangére,j'ai traversé des déserts sans voir de prisonniére,je voyage vers ces villes désabusées.J'ai souvent pris ma peine en bandoulièrepour aller éteindre le feu sous tes paupiéres.Toutes ces causes que je n'ai pas épousées.Je t'ai approché ma belle guerrière,à distance pour ne pas te déplaire,J'en ai révé de cette peau veloutée.En bordure des chemins de bruyèrescueillir ton coeur en cet fin d'hiver,j'irai demain participer à ton échappée.
Posté par modimo à 20:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

18 mars 2005

Venin

Un mal pour un bien, tu m'inocules ton venin. Cette spirale que tu dépeins, elle me stimule en vain. Immoral riverain, je bascule incertain, virginal, clandestin, une virgule à mon destin. Impartial, je suis témoin du crépuscule des assassins. Je formule mon refrain et capitule sous le satin. En vassal de ton bassin, j'ondule au creux de tes reins, sans scrupules , aucun, tu m'inocules ton venin.
Posté par modimo à 18:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 mars 2005

Tendance à la mélancolie...

Sur mon dossier, ils ont écrit, tendance à la mélancolie, sur mes notes scolaires, c'est un enfant solitaire. Si je ne parlais pas beaucoup, c'est que je n'avais rien à leur dire, je préferais la compagnie des loups, eux ne savaient pas me mentir. Je suis souvent rentré à pied, plutôt que d'emprunter leurs limousines, j'en avais assez de les écouter,  parler de leur monde qui tombait en ruines. J'ai toujours eu l'impression d'être d'ailleurs, d'une planéte qui leur serait étrangére, ils ne m'ont... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
03 mars 2005

L'homme du quai

Ce soir, c'est décidé, je pars, l'homme du quai, c'est moi, à force de traîner dans les gares, j'ai fini par suivre ma voie. J'avais cultivé le goût des départs, même, si je n'ai pas aimé le tien. Tu n'appréciais pas mes retards, j'attends le dernier train. Un aller, me suffira, une valise, simple bagage, chercher l'oubli de toi, passeport à mon voyage. L'homme du quai, c'est moi, personne ne me regrettera, j'avais perdu tout espoir, d'un jour te revoir.
Posté par modimo à 20:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
04 février 2005

Pense à moi

    Quand il pleuvra sur la ville  et que tes nuits seront peuplées  de rêves, de rencontres inutiles,  pense à moi, les nuits étoilées,  à ma chaleur qui t'accompagne labàs,  à mon regard fragile tendu vers toi.  Quand tu verras marcher un homme sous la pluie  indifférent à ce qui peut lui arriver dans la vie,  comme insensible à toutes ces blessures.  Ses pas ne semblant pas marquer le sol mouillé,  comme s'ils étaient irréels et éffacés.  Quand les lumieres seront... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 janvier 2005

Le passé m'avait donné tort

                  J'ai craqué une allumette, dans le décor,  sans me retourner, j'ai pris le chemin,  inutile d'insister,on verrai demain,  le passé m'avait donné tort.  Tu sais, j'ai cru en mon innocence,  ma vie avait fait le plein des sens,  j'avais pensé vivre à travers tes yeux,  ton existence méritait mieux.  Ma jeunesse passée sans liens,  il faudra lacher les chiens,  je te délaisse pour personne,  mon coeur se raisonne. ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:32 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
24 janvier 2005

Emporté par la foule...

Comment se sentir seul,  parmi tous ces gens qui vont et viennent, j'hésite entre la migration d'un troupeau de gnous ou bien alors un gros coup de pied donné dans une fourmilière où chaque individu désorienté chercherai à retrouver son chemin. Le gnou se déplace en nombre, comme les lemmings, c'est le seul moyen qu'il ait trouvé de se protéger des prédateurs et de perpétuer l'espèce. Les fourmis eux multiples ne font qu'un et ne cherchent qu'à travailler et défendre leur fourmilière. Chacun choisira... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 janvier 2005

La beau gosse cité

Un homme immobile, guette les passants, la démarche facile, il défie le temps. Et si c'était ça, la beau gosse cité... ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

 

sign

...