...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

25 février 2005

Mon innocente

      Mon innocente n'a pas cessé de mentir,  j'aurai tant aimé me taire,  elle a toujours préféré me punir,  elle m'en a fait voir, des lumiéres.  Ma curiosité ne fut pas récompensée,  la danseuse ne connaissait pas l'opéra,  inattendue, cette pavane dans ses bras,  à contretemps, tu t'es envolée.  Pour moi, tu t'étais faite ballerine,  moi, je tenais le vestiaire,  sur la banquette de molesquine,  y'a rien qui te chagrine ?        Mon... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 février 2005

Quand on sacrifie tout !

    A chaque jour suffit sa peine,  à chaque jour suffit sa haine.  Quand vient l'heure des comptes,  des cris, des larmes, de la honte.   Quand on sacrifie tout  à une passion qui se termine,  er que l'on arrive au bout  du chemin de l'amour qui décline.   Alors on se reproche les mauvaises heures  en oubliant celles du bonheur.  On se quitte des remords dans l'âme,  et l'on se retrouve seul au bord du drame.   Même pour celui qui croit avoir... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:33 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 février 2005

Tu me quittes déja

    Ce matin, notre romanceà des parfums d'absence,le séisme est en route,même si le soleil doute.Je connais bien l'aversecelle d'une fin de tendresse.Tu me quittes déja,c'est dans tes yeux,ils trahissent l'émoid'un ciel brumeux.Je reste à t'observer,le temoin oubléet dans cette chambre nue,il reste guére plusqu'une ombre du passé,le temps nous a guetté.Tu me quittes déja,c'est dans tes yeux;ils trahissent l'émoid'un ciel brumeux.Je vais partir, c'est bien,je n'ai pas de chagrin,cela ne sert à rien,s'accrocher à une... [Lire la suite]
Posté par modimo à 12:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 février 2005

Le bistrot désert

    Dans ce bistrot désert,  j'attends un autre verre,  les clients passent sans me voir,  pourtant je suis là dans le noir.  Caché par la fumée d'une blonde déja grillée  qui brûle d'amour pour moi, au fond du cendrier.  Je caresse lentement mon verre,  mon verre absent de toi.  Combien de lévres ont bu à ce verre,  d'amoureux ont partagé ce verre.  Je pense à des choses inutiles,  des gestes totalement imbéciles.  C'est incroyable ce que de petits riens ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:53 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
07 février 2005

La théorie des ensembles

      Réunis en une simple matiére,entité alors une et entiére,rien n'entache ce qui nous lie,de la coupe, au calice , à la lie.L'hérésie serait de pas croire,d'autres ont tenté d'y surseoir.La constellation avait guidé notre destin,il a suffi de passer le miroir sans tain.La quiétude n'a pas sa placedans ce lieu où l'espacen'a plus de limites, ici,la course vers l'infini.Le baillon ne fera pas taire,l'instant unique, le mystere.Ni maître, ni maîtresse, un,le moment venu du lien.       ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
28 janvier 2005

LE DEDAIN DU PERIL

LA DEESSE DE DENTELLE        Le dédain du péril n'était qu'une parure,  les lendemains sont quelques fois des injures,  et la bravoure n'est plus de mise,  une nouvelle blessure qu'on incise  dans la dérive du passant désabusé,  l'avenir reste un cancer destiné.   La déesse était de dentelle,  fragile, quand on touche à ses ailes.  Elle fuit son profanateur  et s'en va briller ailleurs.   Il fait si froid sur le bord de l'esperance  où nous... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

 

sign

...