...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

29 mai 2005

Sur la route d'Illiers-Combray...

Pain beurré, copeaux chocolatés,compote de rhubarbe, sablés,ton eau de Cologne à mon nez,tu me reviens du passé.Petits matins d'hiver glacés,ces briques pour me réchauffer,l'édredon rouge et or posé,je sais que tu m'aimais.Tous ces mots que l'on ne disait,ton regard partout m'accompagnait,de mes coups de soleil l'été,à mes petits amours défaits.Aujourd'hui, je traverse Illiers-Combray,et roule vers mes regrets,tous ces instants manqués,tu sais, que je t'aimais...Ces roses blanches, chanson que j'ai toujours détesté, mais je sais que... [Lire la suite]
Posté par modimo à 07:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

27 mai 2005

Tu es venue à moi...

Tu es venue à moi,poussée par un vent mauvais,étoile déchue, fleur des prés.Tu es venue à moi.lachée par les embruns,grain de sable dans la main.Tu es venue à moi,bléssée par l'habitude,une envie de solitude.Tu es venue à moi,tombée de cette lune,princesse de fortune.Tu es venue à moi,soufflée de certitudes,amoureuse des préludes.Tu es venue à moi,nimbée de ton chagrin,rose de mon jardin.Tu es venue à moi,moi, qui ne suis rien...
Posté par modimo à 19:38 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 avril 2005

Perdu

Au bord de ce rêve perdu,funambule, sur un fil tendu,par delà les frontiéres de l'espoir,au delà de ces anciennes remparts.Maladroit et chancelant,cette absence,ce penchant,entre espace et terre,ce vide, cet enfer.Je m'appuie, sur ce néant,je ne laisse rien, que du vent,ces galets faits de poussiéreont disparus dans la riviére.A te chercher en vain,je me suis encore confondu,à t'aimer en vain,je me suis encore perdu.
Posté par modimo à 18:31 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
12 avril 2005

A tout prendre

Vous veniez à moi l'âme légére,je faisais feu de vos appâts,vous avez sombré dans mes bras,vous repartiez le coeur en laniéres.A tout prendre,j'ai tout laissé,à me vendre,j'ai tout gaché.J'ai naufragé tant de frêles embarcations,vous couriez derriére mes chiméres,de votre amour, je n'avais que faire,je jouais alors de vos émotions.A tout prendre,je disparaissais,à me répandre,je m'en allais.
Posté par modimo à 21:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 mars 2005

Sombre

Lâcher la proie pour l'ombre,notre rencontre, une embellie,mes humeurs que je répudie,enfin sortir des décombres.Tous ces amours que tu dénombresne sont qu'hémorragie,des fins de mélancolie,tous ces fantômes qui m'encombrent.J'ai toujours préféré la pénombremême si ma vie s'est assagie.Comme sorti d'une léthargie,redécouvrir les jours sombres.Ils sont venus en surnombre,je t'avais cueilli un bouquet d'ancolie,toutes mes absences impunies,lâcher la proie pour l'ombre.
Posté par modimo à 21:21 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
12 mars 2005

Ma vie s'en va dans l'écume des jours...

    Le jardin secret de ma solitude  devient comme de mon avenir, un prélude,  il me poursuit de ses fleurs de désespoirs  aux pétales tragiques et ce square  aux arbres morts hantent mes yeux,  je ne veux pas mourir seul en ce lieu.    Puis mon errance amoureuse  qui va de défaite en défaite,  pourtant ma vie n'est pas malheureuse,  car je vole à mes faux amours, la fête.  Si je reste seul quand le monde est parti,  c'est que je suis encore à ma folie.   ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 mars 2005

Re péres

J'ai perdu mes repéres, il n'y a plus rien à faire je n'entends plus vos priéres, ces voix me désespérent. Le message était pourtant clair, il suffisait de vous plaire, tu peux ranger ton bréviaire, je n'irai plus jouer sur terre. Tu as éteint la lumiére, pour faire de ma vie, un enfer. ces mots oubliés à taire,  tous ces corps que l'on déterre. De ma peine, je touche le salaire, je range mes affaires, ma vie est partie en guerre, fier, j'ai négligé vos pensées améres. J'avais rempli mon... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:11 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
23 février 2005

Inutile

    Inutile de venir me chercher,  je me suis perdu depuis trop longtemps,  Inutile de voir en moi l'été,  l'hiver s'est déja installé, maintenant.  Tu me laisses un goût de papier  dans la bouche,  j'ai trouvé le monde fatigué,  je m'y couche.  Le pavôt n'a pas suffi  à réanimer la lumiére,  j'avais des envies,  plutôt éphémeres.  J'ai voulu vendre mon âme au diable,  il avait plaidé non-coupable.  J'ai voulu rendre mon âme à dieu,  il m'a dit qu'il... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:28 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
20 février 2005

Rien ne me sauvera

      J'ai entendu tes appels,il n'y a pas d'éternels.Tu ne souviens pas de moi,pourtant j'étais prés de toi.Je n'ai rien oublié de nos jeux,ils n'avaient rien de pieux.Au creux de mon dos, ta griffure,à mon cou, ta morsure.J'irai puiser dans tes rêves,épuisé, en attendant la trêve.Mes fleurs sont fanées, la terre s'est dérobée,J'ai plongé vers toi,les bras en croix.Maintenant ici bas,rien ne me sauvera.                                 ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
15 février 2005

MAUVAISE PASSE

    Le destin sonne à ta porte,étrange et artificiel,il te donne des ailes,vient et puis t'emportedans les affres bleutéesd'une nuit étoilée.Je trâine ma carcassedans la mer des Sargasses,innocent et fugace,mauvaise passe.                           
Posté par modimo à 22:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

 

sign

...