...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

17 octobre 2005

Jade

Jadis dans une contrée lointaine,on rencontrait des chemins écartésoù il faisait bon se laisser marcher,à l'ombre des cyprès, au-delà de la plaine.Jade était là contemplant la fleur naissantesur cette terre aride et sans vieelle semblait vouloir y pousser comme un défilancé au temps, Jade était méfiante.Dans ses yeux bruns, pas de mer ni d'écume,tout juste un peu d'amertume,de cette acidité qui rend la vie plus vivante,les coquelicots plus rouges que le sang d'une infante.Sa silhouette frêle traverse encore mes nuitscomme un battement... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

13 octobre 2005

Le fils caché de l'ogre

La réalité fait parfois plus que les comptes,il était plus qu'une fois,dans cette histoire où je chevauche la honte,il était plus qu'une fois. Le fils caché de l'ogre,le temps s'est attardé,le fils caché de l'ogre,le futur rattrapé. Il vient encore dans mes nuits me secouer,il était plus qu'une fois,dans ces moments ou je chante pour l'oublier,il était plus qu'une fois. Le fils caché de l'ogrele temps s'est attardé,le fils caché de l'ogre,le futur rattrapé. Je me souviens de ces mains de labeur,il... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 octobre 2005

Mes nuits imparfaites...

Je parle de ces nuits imparfaites,où les étoiles me font reproche,ces instants où le temps s'arrête,ces réverbères où je m'accroche.Pour un moment, je préfère le jour,et ces trottoirs pleins, de ces vies,puis mon coeur comme un tambour,bat la démesure désunie.Je parle de ces nuits imparfaitesoù je tremble pour mieux tenir,la tête haute, je joue en fait,ce rôle jusqu'à m'évanouir.La terre ne me supporte déjà plus,encore une et puis ça ira,l'aube défile à mes yeux exclus,les nuits où tu n'es pas là...
Posté par modimo à 22:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
27 septembre 2005

Je finirai...

      Je finirai vendu pour l'euro symbolique,telle une trace à peine voilée de mystère,parqué aux pieds de leurs regards obliques,funambule détaché de ses affaires.Je finirai un rêve à la main,éclaboussé d'une derniére outrance,alors je toucherai l'inhumain,on ne trompe pas le silence.Je finirai seul comme j'ai su faire,délesté de tout et de tous,j'ai suffit à peine à me taire,cet exploit où tu me pousses.Je finirai mordu, hostile au repos,le cou brisé par ces jours de chanvre,je me laisse partir... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:14 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
17 septembre 2005

Mes pas perdus...

Mes pas perdus,mais pour tout le monde,petits pieds, au sortir de la mer,toutes ces ballades au travers,Y'a pas d'élus, que des passages,la vanité fait parfois des ravages,toutes ces feuilles arrachées, jetées au visage.Mes pas perdus,mais pour tout le monde,sortilèges de ces amateurs d'art,matamore dépassé dés le départ, et puis tous ces délits d'initiés,ces petites peurs d'être oublié,toutes ces feuilles arrachées, jetées au visage.Mes pas perdus,mais pas pour tout le monde,les hommes ne sont pas des chercheurs d'effort,tout... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 août 2005

Mon enfer

Mon enfer, mon épave de bonnes intentions,je ferme les yeux à ce corps déja froid,lentement et d'un geste, je remonte le drap,je remets le couvert à ce qui n'était qu'illusion.Mon enfer, cet étrave de mes sensations,je brûle encore de cet amour devenu feu,il dévore ce qui n'est pas d'alluvions,mes cendres sont parties aux vents des aieux.Mon enfer, cet enclave de mes perditions,je joue enfin à dompter ce hasard,ce chien sauvage à la traîne du blizzard,sur de moi, je suis muet sous le baillon.Mon enfer, cette lave de mes concessions,je... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:42 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

17 juillet 2005

Rage ...

Tu m'as voulu nu,dans tes phares de voitures,et tous ces mots d'ordures,tu m'en as voulu.A terre, j'ai craché ma haine,offert à tes regards,c'était l'amour à part,à mes bras, trancher mes veines.Tu n'as pas vu ces pleurs,la tête tournée dans l'isoloir,ma vie sur le fil du rasoir,je te disais, même pas peur.Mes mains étaient inutiles,au bout de cette chaîne grise,j'étais alors sous ton emprise,comme une prise facile.A mon cou, tes traces,toutes celles que tu laisses,ma peau n'est pas bien épaisse,je reste sur le ballast.Je me souviens... [Lire la suite]
Posté par modimo à 17:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
02 juillet 2005

L'histoire d'un enfant brun ...

L'histoire d'un enfant brunétourdi de lumiéres,un enfant sans fin,orphelin de fréres,qui a cultivé son absence,au point d'en faire un art,plus rien pour sa défense,il reste juste, là où je pars.L'histoire d'un enfant brun,enfoui sous la poussiére,un enfant sans fin,cruel, parce que si fier,qui a pris son silencepour un jet de pierre,à trop aimer les offenses,il a oublié ses priéres.L'histoire d'un enfant brun,assoiffé de différences,un enfant sans finla marge est son amie,il ignore les nuances,sa grâce sera impunie.à celui qui ne... [Lire la suite]
Posté par modimo à 15:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 juin 2005

Des armées...

Des armées entiéres de soldats repentisse sont battus pour toi.Moi, qui n'ai pas l'âme guerrière,je suis bien puni, ma fois.Au couteau, à la machette,ce tranchant n'a rien d'honnête,ce corps qui s'apprête,à la baïonnette.Ces combats au corps à corps,mes sales morsures,hantent mes never more,le long de ce mur.Je gage que tu caches des barbelés,ma ligne imaginaire,sortie tout droit de terre,la poitrine, en avant les bléssés.Ma vie fût faite d'éclats,à travers ciel,un dernier attentat,mais juste pour elle.J'entends bien y perdre la... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
15 juin 2005

Là d'où je viens...

   Là d'où je viens,caïn m'a conseillé sur toute les guerres,entre dédain et oubli ,l'argent n'a pas plu , mon frére,entre lointain et menti.Là d'où je viens,la couleur n'était que le sang,entre soudain et mépris,toujours au dernier rang.Là d'où je viens,Les larmes n'ont plus de goût,entre matin et soumis,je reste le dernier des fous,adossé à l'ennemi.Là d'où je viens,les temps n'ont pas changé,entre lien et dépit,je prie pour l'humanité.Là d'où je viens,mon regard s'est enflammé,entre fin et délit,j'ai le coeur embrasé.
Posté par modimo à 22:13 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

 

sign

...