...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

01 février 2010

Tes mains ...



Brittany_nova







Tes mains partent en campagne,

elles sèment la pagaille,

à ce jeu, c’est toujours toi qui gagne,

et retrouve mes failles...

 

 

 

 

Tes mains partent à la dérive,

témoins de l’écume à mes lèvres,

elles vont et viennent à la rive,

à chaque fois, renaît ma fièvre...

 

 

 

 

Tes mains savent si bien y faire,

elles passent toutes les grilles,

elles jouent même au lierre,

d’un rien, me déshabillent...

 

 

 

Tes mains savent tous mes chemins,

même sans cailloux blancs,

elles me content une histoire de faim,

et se moquent du prince charmant...

 

 

 

 

Tes mains rassemblent mon corps

elles me donnent la monnaie de ma pièce ,

moi qui ne roule pas sur l’or,

elles me font l’amour en l’espèce...



Mim_Honey_2

Crédits Photos :  Britanny Nova / Mim Honey

Texte : Modimo

 

Posté par modimo à 22:05 - Dans les bras semblables des filles - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    j'ai lu un jour ... quelque chose comme... si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforment les en caresses ... les mains et leur langage, elles ont des mots bien à elles, elles sont là pour prendre le relais quand aucun son ne s'échappe, rien ne remplace une main dans la sienne, doucement glissée pour se promener, des doigts aggripés en pleine étreinte, la caresse d'une main sur mon visage ou sur ma nuque...
    en attendant les tiennes ont toujours ces mots touchant et sensibles, une caresse sur ta joue.

    Posté par sur vie, 01 février 2010 à 23:45
  • Coucou...

    Magnifique jeux de mains !!...

    Bisous...

    Posté par Nathalie, 02 février 2010 à 20:24
  • Sur vie : Merci pour cette jolie caresse, je t'embrasse...

    Nathalie : oui, s'apprendre sans cesse sur le bout des doigts... Bisous...

    Posté par Modimo, 03 février 2010 à 22:25
  • Mes mains
    Posées sur toi de l’hier
    J’abuse en vipère
    Te mordre jusqu’ au sang

    Mes mains
    Juchées sur tes paupières
    Je mire l’un quand des sens
    Branlant ta fièvre

    Mes mains
    En traine légère en corps
    Ajustant l’encore
    Vibrant l’en vie

    Mes mains
    Lascive, morte dans ta crinière
    En doigts crochus
    Soupirs de mon instant

    Tes mains
    Monnayant quelques sous pire
    L’éros de nos désirs
    Riche de jouissance …

    … Que demander pire … !

    Posté par pholiotte, 06 février 2010 à 03:29
  • Pholiotte : magnifique, ruisselant de sens, la verve du verbe, à pleine bouche... Merci de ce cadeau...

    Posté par Modimo, 09 février 2010 à 22:30

Poster un commentaire







 

sign

...