...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

24 septembre 2008

Est-ce ...


Tatiana_Bitir

 


 

Est-ce qu’on écrit pareil aux morts qu’aux vivants ?

Est-ce la façon de le dire, est-ce si important ?

Est ce nécessaire d’avoir le cœur si grand ?

Est-ce utile de se tenir pour avoir des sentiments ?

 

 

 

La pierre que je jette en route ira nourrir d’autres rêves,

un homme vient pour raconter mon histoire,

il suffit de prier pour qu’il ne soit pas en retard,

l’arbre a tant grandi, mon corps attend la relève…

 

 

 

Est-ce mentir que de se vouloir indifférent ?

Est-ce la saveur des choses qui vient en mordant ?

Est-ce le matin qui fait de nous des perdants ?

Est-ce le goût des voyages qui tue les princes charmants ?

 

 

 

Le chat passe sa patte pour annoncer la venue de l’orage,

un mot à la place d’un autre, l’ennui prend son temps,

il est tard mais jamais assez pour ne plus caresser le vent,

l’écho des vagues ne fait pas de quartier à mon naufrage.

 

 

 

Est-ce qu’on prend les trains pour devenir passants ?

Est-ce ta voix qui fait que je suis tremblant ?

Est-ce le fait de vendre son âme qui nous rends plus offrants ?

Est-ce souffrir que de s’ouvrir à ses penchants ?

 

 

 

 

 

Sorrow_2_

 

 

Crédits photos : Tatiana Bitir / Modimo

 

Texte : Modimo


Posté par modimo à 19:59 - Tout est affaire de décor - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    .. .. .. .. ..

    je ne sais rien...
    errante sans chemin...
    vibrance à la plume sauvage...
    qu'hurlevent...
    alors je pris tout ce que j'ai de souffle et cria à l'homme...
    ...

    Tu as perdu ma face sous un nuage de masques...
    T’es travesti de mes larmes en asséchant ma source...
    tu as renié mon cri pour la musique des gueux...
    tu m’as désailée et mise à pied, petit crisse de marcheur...
    tu as cassé le rythme, en m’enferrant...
    tu as voilé ma flamme de ta bave métaphorique...
    tu n’as violé que mon cul avec ta verge molle...
    je veux des pattes sales sur mon sein qui flambe...
    pas ces griffes manucurées qui me font déjouir...
    je veux sentir dans mes veines couler ta semence...
    alors nous lâcherons sur le monde une meute de cris...
    alors nous répandrons sur ses plaines une parole de fer...
    alors nous briserons ses chaînes de notre salive souillée...
    notre sang, plus rouge que le leur, sera celui des rouilles d'Automne...
    ...
    y'a tant de manière de lire... de comprendre... de faire tinter clair ou sombre sur le bois des mots...
    ...

    Posté par ... * * ..., 24 septembre 2008 à 22:14
  • ....★

    Je reviens encore...et enfin je lis tes mots à nouveau. Et là...y'a comme une petite vague désuette qui monte et se cogne dans ma gorge...après un soupir...qui remet tout en place. Merci Modi, tes mots pour moi sont comme ces petits cailloux blancs que l'on laisse pour retrouver son chemin...va comprendre?
    je t'embrasse.

    Posté par juju, 25 septembre 2008 à 09:46
  • Bonsoir...

    Est-ce ainsi que les hommes pensent ??
    Quoiqu'il en soit je ramasse la pierre que tu viens de jeter...pour allumer le feu de mes rêveries...

    Bisous...

    Posté par Nathalie, 25 septembre 2008 à 21:29
  • Heureuse...

    De voir de nouveau tes jolies mots Modimo,bisous...

    Posté par eve, 26 septembre 2008 à 09:45
  • L'abus de questions nuit à la sérénité.
    Jamais tu ne pourras répondre à toutes ces questions, et crois moi, c'est bien mieux comme ça.
    Ton texte est très beau.
    Belle soirée à toi Modimo.

    Posté par Lidia, 28 septembre 2008 à 16:02
  • D'autres questions... Encore...

    Est-ce que les vivants sont plus attentifs que les morts ?
    Est-ce les mots qui donnent à voir, est-ce visible ?
    Est-ce le coeur qui reste béant ?
    Est-ce que les sentiments ont une taille, petits ou grands ?
    Les petits cailloux redonneront le chemin
    Et la feuille sur l'arbre retrouera le printemps...
    Est-ce que se voir autrement nuit aux autres gens ?
    Est-ce utile de rugir pour devenir lion ?
    Est-ce la nuit qui nous targue de morts-vivants ?
    Est-ce le sommeil qui fait la Belle au bois dormant ?
    Le chat se botte pour partir au plus vite,
    L'ennui ne se nourrit que de notre lassitude...
    Mais toujours la vie à nous se fait sentir.
    Quand la tempête fait rage, le navire se saborde
    Est-ce que l'on devient vache par amour des trains ?
    Est-ce les ressentis qui nous façonnent ?
    Est-ce que nous pouvons toujours donner plus ?
    Est-ce nos goûts qui nous volent les saveurs ?

    Posté par Catherine, 28 septembre 2008 à 23:48
  • Est-ce que

    Est ce que parfois le locataire revient jeter un peu de poussière?

    Posté par pasmonkov, 29 septembre 2008 à 11:55
  • ?

    C'est joli un point d'interrogation.
    C'est rond, ça rebondi sur un point et ça fait remonter le ton de la phrase.
    On dirait une danseuse du ventre.
    Tout en courbes douces, il ouvre à la réflexion, aux songes que tant de questions laissent coi.
    L'interrogation évite les certitudes... aveugles.

    Posté par Lhassa, 29 septembre 2008 à 21:59
  • Je feuillette votre univers en passant par Boris. Une belle écriture, des textes forts et un sens esthétique en image très subjectif qui me plait. J'aime votre poèsie en photo.Je reviendrais.

    Posté par lô, 29 septembre 2008 à 23:26
  • Beaucoup de questions, oui, mais qui portent en elle leur réponse, pour ne pas devenir que passant

    Posté par Syl69, 01 octobre 2008 à 07:30
  • Suis arrivée chez vous par le blog de Lydiel mais je m'aperçois que nous avons d'autres liens en commun.
    A vous lire, encore.

    Posté par Mû, 03 octobre 2008 à 09:36
  • * * :quelle envolée !!!!

    Juju : je suis le poucet sur le bord de nos déroutes, je sème à tout va, je t'embrasse.

    Nathalie : du feu pour les nuits froides... bises...

    Eve : merci de ta présence bienveillante, bises...

    Lidia : meême si j'y répondais, mon esprits retord s'en chercherait d'autres, merci à toi, j'aime ce que tu fais des mots...belle nuit ...

    Catherine : merci de prolonger mon cercle invertueux de tes questions...

    Pasmonkov : et de poudre à nos yeux, parfois, oui...

    Lhassa : je te reconnais bien là, à trouver nos circonvolutions... bien vu... je t'embrasse.

    Lô : merci de vos encouragements, je ne prétends rien sauf l'échange et le partage de mes émotions, c'est déjà beaucoup, encore merci...

    Syl69 : oui, tu as raison et c'est un passant qui le dit ... bises...

    Mû : vous portez le nom d'un fameux album des aventures de Corto Maltese, heureux présage, merci...

    Posté par modimo, 03 octobre 2008 à 22:28
  • Est-ce si important?....

    Je t'embrasse.

    Posté par cor@, 05 novembre 2008 à 23:46
  • Cor@ : oui, je le sens... je t'embrasse.

    Posté par modimo, 10 novembre 2008 à 22:27

Poster un commentaire







 

sign

...