...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

28 avril 2006

Derriere le paravent...

Derrière le paravent, je t'imagine, ta peau, si tu te décides enfin à m'en faire voir,ce peu que je devine me mène au chaos,belle inconnue, ce rien nous sépare. Derrière le paravent, j'entrevois l'instant,une lune puis l'autre, dans l'envers du miroir,cette ombre m'appelle à des aveux troublants,je m'en vais où mes pensées s'égarent. Derrière le paravent, j'aperçois ce rêve,silhouette aux contours qui me rendent flou,à cours de toi, j'attends que tu m'achèves,tête renversée, sans dessus dessous. Derrière le... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 avril 2006

Les allusives...

Les allusives... Les allusives font l'amour en perspective,à cache coeur, à faux cols, à demi-mesure,dans un silence, l'éclipse d'un murmure,elles sont juste venues à ma dérive. Les allusives caressent sans cesse le bout des sens,chasseuses sachant chasser à pas de coté,complément d'objet indirect à m'accorder,si pieuses au prix du tourment de l'offense. Les allusives tentent encore un baiser emprunté,un mouchoir tombé de leurs fenêtres,un signe, un bouquet de fleurs peut être,à la fin de l'envoi, se sentir... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 avril 2006

Le monde selon toi ...

Le monde selon toi... C'est une vigne abandonnée, les raisins sans la colère,quelques lignes tracées au henné au dos de cette main,une petite fille courant dans la campagne, hors des chemins,une fleur fanée au revers du veston, l'absence d'un père... Le monde selon toi... C'est Rimbaud fumant une cigarette bien avant les armes,un cri lancé aux étoiles pour qu'elles brillent encore,l'arbre isolé dans la ville, un banc perdu où déposer ses larmes,et cet homme pressé, passant dans... [Lire la suite]
Posté par modimo à 00:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 avril 2006

Cette eau, ton O ...

S'abreuver, se désaltérer,alléger le lutteur de foire, l'assoiffée,petit animal dans ce reflet,se mirer dans cette étendue nacrée. Cette eau, ton O... Se tremper, se mouiller,laisser venir à soi la rosée,chaque goutte au bord  plus de doute, voir venir la troublée. Cette eau, ton O... Boire, se ressourcer,à ce philtre secret des naufragées,fontaine, je te reconnais,luisante sous les galets. Cette eau, ton O... Se plonger, s'immerger,se laisser envahir d'une salée,grain à grain se rouler,en un cri,... [Lire la suite]
Posté par modimo à 12:38 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
25 avril 2006

Passion première...

Laissons nous tenter par le bien,peu à peau sans rien contrôler,ce début d'emprise nous fera du lien,la langue vient à l'aide des oubliés.Soupirons nous de la cave au grenier,salpêtre et poussières emmêlés,la belle entreprise d'amour en chantier,dernières pierres, premiers baisers.Embrassons nous dans cet horizon de pâleur,le soleil couchant nous touche enfin,il nous dégrise touche à touche l'humeurvers une aurore idéale sans fin.Glissons nous dans cette camisole,sans peine, la folie nous a rejoint, la divine surprise de... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:16 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 avril 2006

Extravagante ...

Elle se moque des rois, des servantes,du sang versé dans leurs tourmentes,un rubis perlant entre ses seins,adieu la gloire, plutôt le venin.Extravagante, l'amour à l'invente...Elle s'anime et dés anime cent fois,se cambre pour mesurer nos émois,les reins pris dans ce corset,mais prière de ne pas toucher.Extravagante, l'amour à l'invente...Elle trempe ses lèvres à des eaux vives,ce brillant où elle se cache, me captive,griffes sorties pour mieux s'effleurer,d'un coup, elle vient me saborder.Extravagante, l'amour à... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

23 avril 2006

Dans ma bouche...

Dans ma bouche, ce goût de sang séché,les carcasses peuvent bien brûler,la lune ne plus revenir de son marché,les chemins ne plus savoir où aller.Les chiens peuvent se laisser museler,le lierre accroché se faire dévisser,la forteresse battue en brèche se renier,l'océan en avoir marre de se faire rouler.Les lettres veulent s'en aller au panier,l'horizon se fatigue à s'embrumer,le sommeil peut bien m'oublier.Les yeux ne savent plus où se poser,les fenêtres se tiennent à carreaux brisés,les chats se décident à... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:25 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
21 avril 2006

Fille de l'air...

Tu me parles d'une voix de fée,tout juste sortie de l'adolescence,une liane dans cette arborescence,une muse sortie de la rosée.Fille de l'air, pour un mot, tu te dérobes...Tu me donnes à désirer,une odeur de sainteté, échappée d'un corsage,marin d'eau douce, je n'en mène pas large,ce parfum me fait dériver. Fille de l'air, pour un mot, tu te dérobes... Tu me délivres des mots salés,à fleur de peau, me tirer des confidences,petite danseuse sur mon dos en cadence,je sens ton parcours chuchoté. Fille de... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:09 - Commentaires [15] - Permalien [#]
20 avril 2006

Déesse des armées...

Décime-moi cette armée de centurions,d'une oeillade, histoire de les renvoyer au front,au creux de ta paume comme une conspiration,ce sang qui bat à mes tempes à chaque allusion.Déesse des armées,en fait, une fée...Dépêche-moi tes éclaireurs revenus de permissions,soldats sans peur, équipe de mauvais garçons,il t'incombe de mener cette bataille sans affront,les prisonniers sont seuls dans leur garnison.Déesse des armées,en fait, une fée... Dé presse-moi ce champ de déshonneur en lésions,ces corps qui jonchent ces lits... [Lire la suite]
Posté par modimo à 22:56 - Commentaires [6] - Permalien [#]
19 avril 2006

Ebénitude ...

Le parti pris de ce déhanchementqui m'atteint là, à briser ma solitude,compromis de géométrique gisant,je m'abandonne en prenant de l'altitude. Ebénitude, une infinie... La sombre attitude m'a vrillé le coeur,moi qui suis perdu dans la multitude,je savais qu'il n'avait pas de couleurce sentiment étrange, comme un prélude. Ebénitude, une infinie... Me faire ombre pour m'unir encore à toi,je me glisse dans ce jour qu'on élude,l'un prenant le meilleur de l'autre en éclat,la bouche se rend devant tant de... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

 

sign

...