...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

31 octobre 2005

Cauchemars évadés de la prison de tes nuits...

Si tu ne peux rêver en silence,si les voyages te manquent de chance,d'avenir lugubre en sombre présent, présence,de folles galéres, en nuits d'enfer, défense.Cauchemars évadés de la prison de tes nuits.Si tu glisses sur le trottoir de la réalité,si tu rêves de filles à la peau dorée,de tendres baisers, en salons capiteux, pitance,de corps fragiles en amour naissant, essence.Cauchemars évadés de la prison de tes nuits.Si la peur t'oublie un peu trop,si l'amour passe en toi comme un sirop,d'amères désillusions en chagrin... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

30 octobre 2005

Dessous la canopée...

Dessous la canopée,j'avance mes sens aux aguets,à plat ventre je me fraie,dessous l'abandonnée.Dessous la canopée,je suis chasseur d'ombres,là où la raison sombredessous la naufragée.Dessous la canopée,le verbe prend son essence,pour réduire le silence,dessous l'inanimée.Dessous la canopée,je me love à se troublerdans cette eau d'aimerdessous la syncopée.Dessous la canopée,je me glisse à point nommé,prendre le temps de savourerdessous la mélopée.
Posté par modimo à 23:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 octobre 2005

Démoli ...

Démoli, couché en travers,je reviens à moi en bribes,tu frôles cette fatigue passagère,la lassitude que j'exhibe.Démoli, la langue déliéetu reviens à moi saline,je frôle cette bouche aimée,ton ombre se dessine.Démoli, le souffle court,je m'absente par intervallestu contemples mes contours,cette envie que je dévoile.Démoli, on en voit la trace,mon dos où tu joues cette gamme,je sillonne encore tes audaces,et retourne où tu m'entames.Démoli, tu prends ma pause,je suis là en perte des sens,un temps, en quête d'osmose,notre... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:32 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
27 octobre 2005

Un coeur d'aubépine...

Signe particulier, un coeur d'aubépinedont on ne sait à qui elle le destine.Dans le silence où elle s'obstine,elle demeure à jamais divine.Dans sa démarche, elle reste félineet sa beauté qu'illumineun rire sur son visage, lutine,elle joue encore et taquine.Elle ouvre sa bouche, dit "imagine",et tu vis pour cette héroïne,tes souvenirs qu'elle paraffine,il est des tristesses qu'elle assassine.Si son aura te fascinelaisse toi emporter par l'arlequine,de ta peine qu'elle laminepar l'amour qu'elle dissémine. ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 octobre 2005

Petite mortelle ...

Seule à venir me voir, dans ce dédale,chaque jour tu étais ma rose première,tes pieds de porcelaine entre les pierres,tes absences m'étaient alors fatales.Petite mortelle, tu venais à moim'apporter la lumière et cet aria.Tu te faufilais étoile légèredessus mon coeur inhabité,traçant de tes mots solaireston nom, à jamais gravé.Petite mortelle, tu venais à moim'apporter la lumière et cet aria.Ta silhouette habite encore ma mémoire,moi qui avais laissé tombé mes ailes,je veille désormais sur ton histoiremerveilleuse, attrapeuse d'arc en... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 octobre 2005

Emile ...

Emile est sorti des baraquesavec son sac de toile bleue,personne ne le remarquequand il baisse les yeux.Emile n'a plus de sourires aux lèvresil retrouve ses pieds d'enfant,quand le spectacle s'achève,son costume n'est plus trop grand.Emile n'a plus de coeur à l'ouvrage,la petite écuyère est partievoir les lions au bord de la cage,elle trouve ça beau et ça rugit.Emile ne la faisait plus rire,lui qui la guettait chaque soirelle l'avait vu pâlir,quittant  la piste sans espoir.Emile a enlevé la fleur de sa... [Lire la suite]
Posté par modimo à 23:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 octobre 2005

Mon irrésolue ...

Mon irrésolue, ma fée aux vents étranges,apportée par une ligne de fuite,ma sublime aux yeux d'archange,tu es ma chapelle interdite.Mon irrésolue...Mon mal d'aimer, ma Venise outrancière,mon sel, ma vie, mon ébauche de sable,ce grain qui file sous mes doigts de pierre,tu es mon esquive, ma dernière enclave.Mon irrésolue...Feuille tombée de mon automne naissant,je cours aprés ton ombre qui s'allonge,un manteau d'if sur le dos, couvre songe,tu es l'attrapeuse d'évanescent.Mon irrésolue...Délits et riviéres ont cru à ce mystère,je suis... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:42 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
23 octobre 2005

La démarche du Centaure...

Je viens sur vos chemins bosseléstraîner mes humeurs malines,le corps dressé sous l'inhumanitécomme un portier qui se dandine.J'attrape ces mains au passageà peine sorti des éboulis,ramener à la lumière vos langages,tout ce que vous n'avez pas écrit.Je soigne plus que mon image,les destins n'ont pas la vie facile,on meurt souvent sous les outrages,les êtres ne sont pas en ville.Je partage mon peu à l'envie,les feuilles tombées ne reviennent pas,ce vent qui souffle comme une garantie,vos pas s'effacent derrière moi.Je sauve... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 octobre 2005

Rechanter cette litanie ...

Nos infâmes vileniesnous reviennent chargées,elles crèvent sous la pluiecomme des poches percées.Nos parcelles à jouirattrapent des maladies,le ventre aime le pire,rechanter cette litanie.Nos tranches de vie au cuttersi fines, couchées sur du papier,elles sont lames nécessairespour voir au travers du volet.Nos âmes fragmentairesnous mentent à volonté,elles sont vendues aux enchèrespour mieux nous avaler.Nos ironies de pacotillebrûlent l'envers de nos décors,elles signent nos bastilles,pour s'échapper des remords.Nos... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 octobre 2005

Approche

Approche, que mes mots te touchent,t'effleurent en sortant de ma bouche,Approche, tu pourras lire sur mes lèvres,ce message où passe ma fiévre.Approche que mes mains te disent,t'effeuillent jusqu'à la peau,laissent faire le désir que tu attises,mes doigts jouent cette impro.Approche que mon souffle vienneréchauffer ton corps si froid,approche que je prenne les rênes,pour aller ensemble jusqu'à l'ébat.Approche, que nos peaux s'étreignent,trouvent le chemin essentiel,approche, tu pourras prendre le règnedes amants... [Lire la suite]
Posté par modimo à 20:15 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

 

sign

...