...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

31 janvier 2005

Le passé m'avait donné tort

                  J'ai craqué une allumette, dans le décor,  sans me retourner, j'ai pris le chemin,  inutile d'insister,on verrai demain,  le passé m'avait donné tort.  Tu sais, j'ai cru en mon innocence,  ma vie avait fait le plein des sens,  j'avais pensé vivre à travers tes yeux,  ton existence méritait mieux.  Ma jeunesse passée sans liens,  il faudra lacher les chiens,  je te délaisse pour personne,  mon coeur se raisonne. ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:32 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

30 janvier 2005

En verre et contre tous.

Le laveur de vitre a son son sang qui ce glace, il ne fait plus le pitre, il efface les traces. En verre et contre tous, il s'agite, ses mains dans la mousse, et cet émoi qu'il fait naître, te laisse sans lettres. Tu en es restée bouche, baie, tu t'es fait volet, ne plus l'ouvrir, close, juste faire une pause. Instant magique , tu pulvérises, tu as beau racler, rien n'y fait, le visage couvert de buée, cet instant s'immobilise. Tu traces encore, avec ton souffle chaud, s.o.s  little amor, ce froid contre... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:52 - Commentaires [11] - Permalien [#]
29 janvier 2005

Elle crie sa vie

ELLE CRIE SA VIE           Elle croque la vie,  avec ses dents roses,  partage sa nuit  avec des draps roses.  Elle voit la vie  dans un ciel bleu,  elle te séduit  tout, tout en bleu.  Elle maquille ses yeux  d'étoiles si bleues  que tous les cieux  sont repeints en bleu.  Elle embrasse la vie  de ses lévres rouges,  une empreinte de nuit  qu'elle trace en rouge.  Elle crie sa vie  mais a peur du noir  et connait... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 janvier 2005

LE DEDAIN DU PERIL

LA DEESSE DE DENTELLE        Le dédain du péril n'était qu'une parure,  les lendemains sont quelques fois des injures,  et la bravoure n'est plus de mise,  une nouvelle blessure qu'on incise  dans la dérive du passant désabusé,  l'avenir reste un cancer destiné.   La déesse était de dentelle,  fragile, quand on touche à ses ailes.  Elle fuit son profanateur  et s'en va briller ailleurs.   Il fait si froid sur le bord de l'esperance  où nous... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 janvier 2005

Le soir d'un jour

Le soir d'un jour  de tant de haine  d'une guerre de sourds  mon coeur saigne  et puis tu te leves  et puis tu te couches  tu ne vois venir la releve  d'un rêve qui te touche  pour vivre ta vie  tu te sens mal dans ton lit...             
Posté par modimo à 22:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 janvier 2005

Les ruines du château

                                           Les ruines du château                                                                            ... [Lire la suite]
Posté par modimo à 21:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 janvier 2005

Absence

    Elle était là et pourtant ailleurs,   Dans tes bras, loin de ton cœur,   Inutile de serrer un papillon,   La fuite est son obsession.       Elle est déjà partie,   Tu n'as pas senti,   Le bruit de ses ailes,        Un ange du ciel.          Juste son souffle sur ton dos,  et puis l'absence de mots.         
Posté par modimo à 23:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 janvier 2005

Emporté par la foule...

Comment se sentir seul,  parmi tous ces gens qui vont et viennent, j'hésite entre la migration d'un troupeau de gnous ou bien alors un gros coup de pied donné dans une fourmilière où chaque individu désorienté chercherai à retrouver son chemin. Le gnou se déplace en nombre, comme les lemmings, c'est le seul moyen qu'il ait trouvé de se protéger des prédateurs et de perpétuer l'espèce. Les fourmis eux multiples ne font qu'un et ne cherchent qu'à travailler et défendre leur fourmilière. Chacun choisira... [Lire la suite]
Posté par modimo à 19:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 janvier 2005

L'heure de l'ange

    Voici venir l'heure de l'ange, désespéré par ma conduite,  mais toujours là, fidèle, résigné,   Imaginons les, penchés sur nos épaules de pauvres mortels, se prenant la tête à deux  mains.   Ils nous accompagnent au quotidien, devant nos choix  sordides, nos petits renoncements.   Alors, ami, je te tire un coup d'aile et courage.              Sorry angel  Sorry so  Sorry angel  Sorry so   C'est moi qui t'est... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 janvier 2005

Confessions

    Hier soir, j'ai vu «  Les confessions d'un homme  dangereux « , un film bien intéressant.      Voilà, la posture : dans la vie de chacun de nous les espoirs les plus fous en terme d'avenir ont lieu entre notre naissance et une vingtaine d'années.          Pendant cette période, on nourrit notre cerveau de rêves, on pense que l'on va devenir : Einstein, Jim Morrison, Johnny Depp, le Che, Sœur Emmanuelle,    Emmanuelle,  Laetitia Casta,... [Lire la suite]
Posté par modimo à 18:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

 

sign

...