...

Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

délires, digressions, sensations, à la recherche d'une existence , animal à sociabilité réduite.

25 décembre 2015

L'huis est un autre ...

YY

 

 

L’huis est un autre,

il parade à la fenêtre,

la démarche tranquille,

parfois il joue du piano,

parfois me fait un enfant dans le do,

cette manie de presqu’île,

d’avancer peut être,

un verre, à la votre …

 

 

L’huis est un autre,

il savoure de l’hors en soi,

les yeux qui brillent dans le noir,

ces nuits où il pleut à verse,

ce chagrin d’envie nous berce,

ses baisers hantent ce couloir,

pour un oui, des bruits de pas,

la porte s’ouvre sur un autre …

 

 

L’huis est un autre,

il passe de pont en pont,

funambule impossible et menteur,

il aime à se donner ce genre d’habits,

c’est là sa marque au fond de ton lit,

sa montre posée, laissant passer l’heure,

il cultive ce champ d’abandon,

Jamais bien loin du notre …

 

 

Ax 163

 

Crédits Photos : Modimo

Texte : Modimo

 

 

 

Posté par modimo à 09:09 - Je passais comme la rumeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2015

Pour de faux ...

 

Filavandrel

 

 

 

Pour de faux, pour de vrai,

jouons à s’empourprer les jours,

nous avons le choix des armes,

voyons où nous mène ce charme,

si nous sortions sans tambour,

battre cette campagne sans après…

 

 

 

Pour de faux, pour de vrai,

à tâtons, avançons à pas de loup,

nous apprendrons en chemin,

cette folie qui nous vient en grain,

passagers, de tes lèvres à mon cou,

Oser se perdre, s’aimer à l’essai…

 

 

 

Pour de faux, pour de vrai,

si nous savions, ce serait dommage,

le plein, le vide qui nous gagne en terrain,

où cela se niche, ce désir qui nous vient,

d’un doigt hésitant, tourner la page,

ce vélin sauvage qui ne nous veut que du bien …

 

 

 

Pour de faux, pour de vrai,

lavons notre linge sans famille,

notre peau qui communie l’instant,

de ce fer, laisser agir le jeu de l’aimant,

de ces rêves qu’ont éparpillent,

là où ils iront, je crois bien que j’irai 

 

 

 

Georg Suturin

 

 

Crédits Photos : Filavandrel / Georges Suturin

Texte : Modimo

 

 

 

 

 

Posté par modimo à 09:09 - Et leurs baisers au loin les suivent - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2015

De toi à moi ...

 

Belov 6

 

 

 

Toi qui goûtes le fruit du doute,

toi qui crains de faire fausse route,

la vie n’est jamais à bout de surprises,

ce paysage incertain file dans le pare brise…

 

 

 

Moi qui ignore tout de ce voyage,

moi qui ne crains pas les orages,

la vie n’est jamais à bout de traitrises,

encore un coup tordu sous la chemise…

 

 

 

De toi à moi, la belle entreprise,

le prince des charmants et sa marchandise,

la reine des perdants reprend sa mise,

de moi à toi, on presse le pas devant l’église…

 

 

 

Toi qui t’ouvres au fil des pages

toi qui sauve bien des naufrages,

la vie n’a pas peur de porter des valises,

la pendule n’a pas vu l’heure des balises…

 

 

 

Moi qui salue tous ces marins en soute,

moi qui dit tous ces mots que tu redoutes,

la vie  n’a pas pu tenir plus de trois reprises,

ce n’est pas suffisant pour jouer la méprise …

 

 

 

 

Sunbreath

 

Crédits Photos : Belov/Sunbreath

Texte : Modimo

 

 

 

 

 

 

Posté par modimo à 09:09 - Et leurs baisers au loin les suivent - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2015

L'un ...

 

Anikout 4

 

 

L’un des visages, l’autre désespère,

le peu de nous perd ses repaires,

l’un dévisage, l’autre des valises,

Un écrivain de plus sans chemises …

 

 

 

L’un des passes, l’autre s’égare,

un train nous dépasse et revient sans fard,

l’un désiste, l’autre lui tient la main,

un souffre douleur meurt de fin …

 

 

 

L’un desserre , l’autre déménage,

le sol ne porte pas le poids des nuages,

l’un disperse, l’autre n’invente plus rien,

on est bien avancé à ce jeu sans faim  …

 

 

 

L’un dissident, l’autre devance,

les corps s’habituent à la chance,

l’un découvre, l’autre diffame,

cherchez bien l’ombre de la femme …

 

 

 

L’un discerne,  l’autre des cernes,

le regard perdu, le cœur en berne,

l’un dissimule, l’autre démontre,

le temps file et vient à notre rencontre…

 

 

 

L’un dessine, l’autre décolle,

le goût des cimes qui s’affole,

l’un distrait, l’autre dérange,

un moment pour voir passer les anges ...

 

 

 

 

Belov 7

Crédits photos : Anikout / Belov

Texte : Modimo

 

 

Posté par modimo à 09:09 - C'était un temps déraisonnable - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2015

Les apparences ...

 

1616898

 

 

 

Les apparences sont parfois silencieuses,

sans maudire, tu m’en as mis plein la vue,

les apparences sont tellement voleuses,

sans mentir, que la grâce te soit rendue…

 

 

 

Tout m’accapare dans ce paysage,

même ton ombre au bas de mes pages…

 

 

 

Les apparences sont parfois sinueuses,

sans suffire, elles se passent de vérité,

les apparences sont souvent si curieuses,

sans souffrir, pointer le bout de son nez…

 

 

 

Tout m’accapare dans cette histoire,

même ce qui semble me mettre à l’écart …

 

 

 

Les apparences sont parfois allumeuses,

sans sentir, ce parfum est pourtant connu,

les apparences sont évidemment ravageuses,

sans venir,  ce cœur qui cogne et remue

 

 

 

Leon13th

 

Crédits Photos : A. Krivitskiy / Leon 13th

Texte : Modimo

 

 

Posté par modimo à 09:09 - Dans les bras semblables des filles - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 novembre 2015

Cherchant l'écho ...

Peter 3

 

 

 

J’étais trop attendu,

je ne suis pas venu,

j’ai vu leurs yeux agrandis,

alors, je suis resté petit…

 

 

 

J’étais aux abonnés absents,

je tente maintenant le présent,

j’étais si peu sur de moi

qu’ils aiment compter sur mes doigts…

 

 

 

J’étais toujours partant,

je ne montre plus les dents,

je lisais des livres à la chaine,

les mots perdus me faisaient de la peine…

 

 

 

J’ai vu leurs mains aux semblants,

je ne porte plus les gants,

je construisais des châteaux bizarres,

Je n’ai rien gardé de ces remparts …

 

 

 

J’étais donné gagnant,

l’imparfait m’a fait vivre ces moments,

Je ne donnais pas cher de ma peau,

Je traine encore, cherchant l’écho …

 

 

Belov 9

 

Crédits Photos : Belov / Peter

Texte : Modimo

 

Posté par modimo à 09:09 - Je passais comme la rumeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2015

O revoir ...

DVS

 

 

O Revoir,

écoutez ce silence,

ce qu’il a à nous dire,

cela devrait nous suffire,

ce doux parfum d’absence…

 

 

 

O Revoir,

voyez comme il fait noir,

c’est la nuit du chasseur,

pas un reflet dans le miroir,

pas de quoi avoir peur …

 

 

 

O Revoir,

goûtez ce célèbre fruit,

ça ruisselle entre vos doigts,

qui sera le plus puni ?

Entre nous, je ne sais pas …

 

 

 

O revoir,

touchez du doigt cet espoir,

la marquée laissée dans les draps

nous prend à temoin de l’histoire,

ce vide aura ma peau, comme ça…

 

 

 

O revoir,

sentez comme il fait froid,

mon cœur se glace au passage,

ce manque entre mes bras,

tu as emmené le feu dans ton sillage …

 

 

 

EKG

Crédits Photos :  DVS / EKG

Texte : Modimo

 

 

 

 

 

 

Posté par modimo à 09:09 - Je passais comme la rumeur - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2015

Je me suis interdit ...

 

lanarus

 

 

 

Je me suis interdit de t’écrire

ces mots qui ne regardent que moi,

je me suis interdit de tenir

des propos qui naissaient sous mes doigts.

 

 

 

Je me suis interdit de grandir

de peur qu’on découvre mes pas

je me suis interdit de mentir

même si la vérité me coupait parfois.

 

 

 

Je me suis interdit de frémir

ma peau ne valait pas si cher que ça,

je me suis interdit de partir

ce vent imbécile était sans bras …

 

 

 

Je me suis interdit de salir

tout ce blanc qui venait de toi,

je me suis interdit de rougir

comme ce sang qui s’écoulait de moi...

 

 

 

Je me suis interdit de gémir

ces cris de paresse ne comptaient pas,

je me suis interdit de languir

cette putain de tendresse ne collait pas…

 

 

 

Je me suis interdit de cueillir

ces fleurs ne méritaient pas cela,

je me suis interdit de faillir

en fermant les yeux sur le haut de tes bas …

 

 

 

Le temps des semailles

 

Crédits Photos : Lanarus / Modimo

Texte : Modimo

 

 

 

 

Posté par modimo à 09:09 - C'était un temps déraisonnable - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2015

Je ne me suis pas remis de tes émotions ...

 

Aleksandr Zhadan

 

 

 

Je ne me suis pas remis de tes émotions

ma belle.

Il n’en était pas pour autant questions

Cruelle.

 

 

 

Je ne me doutais pas de tes intentions,

séquelles.

L’instant d’après approche l’arbre aux passions,

mortel.

 

 

 

Je ne donnais pas chair de ces allusions

plurielles.

Le croque mitaine ne jure que par ton nom

Xl.

 

 

 

Je ne me suis pas trompé sur la mission

bielle.

Le mouvement vient à bout de toutes les  vocations

Missel.

 

 

 

Poetas 3

 

Crédits Photos : Aleksandre  Zhadan / Poetas

Texte : Modimo

 

Posté par modimo à 09:09 - Dans les bras semblables des filles - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2015

Lettres à part ...

 

 

Solinvictusklas 2

 

 

Lettres à part …

 

Quand j’aligne ces dérives

ces chants de digressions,

quand j’organise ces rebellions,

que j’aime à perdre la salive …

 

 

Quand j’ouvre ces enveloppes

ces pièges parfois vides

quand je romps avec mon époque

le temps de croiser cette page livide…

 

 

Quand j’enfonce quelques portes

les épaules encore fragiles

quand cette rencontre joue la morte

l’instant de jouer à l’imbécile…

 

 

Quand j’exhausse de pieux souhaits

du coin de mon lit à vos yeux,

quand mon cerveau perd patience,

c'est encore avide que je vous veux ...

 

 

 

 

Peter

 

 

Crédits Photos : Solinvictusklas / Peter

Texte : Modimo

 

Posté par modimo à 09:09 - Dans les bras semblables des filles - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

sign

...